salvayre ROMAN FRANCAIS

 

 Pas pleurer

    **

prix Goncourt 2014

288 pages

 

 

 

 

L’auteur :


Lydie Salvayre, est née en 1948,d'un couple de républicains espagnols exilés dans le sud de la France depuis la fin de la guerre civile. Son père est andalou, sa mère catalane. Elle passe son enfance à Auterive, près de Toulouse, dans le milieu modeste d'une colonie de réfugiés espagnols. Le français n'est pas sa langue maternelle, langue qu'elle découvre et avec laquelle elle se familiarise par la littérature.
Après son bac, elle suit des études de Lettres à l'Université de Toulouse, où elle obtient une licence de Lettres modernes et un certificat de littérature espagnole, avant de s'inscrire en 1969 à la Faculté de Médecine. Son diplôme de médecine en poche, elle part se spécialiser en psychiatrie à Marseille où elle exerce plusieurs années comme psychiatre.
Lydie Salvayre commence à écrire à la fin des années 70.

Le livre :


La guerre d’Espagne à travers deux personnages
Georges Bernanos, l’écrivain, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Eglise contre "les mauvais pauvres".
Montse, mère de la narratrice et "mauvaise pauvre" , qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie.

Deux paroles, deux visions entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse.

Notre avis:

 

Dans cet espace de temps restreint situé entre le printemps 1936 et l’année 1937 , Lydie Salvayre construit ce beau et poignant récit-témoignage à 3 voix dans lequel les désillusions les plus amères se mêlent aux espoirs les plus fous d’une jeunesse en quête de changement et de liberté .
J’ai eu le sentiment que ce récit se prêterait même à une adaptation cinématographique car dans cette unité de lieu, de temps, d’action (la guerre civile espagnole), l’auteur nous donne à entendre (phrases en espagnol) mais aussi à voir grâce à la justesse de son écriture. (avis rédigé par Josiane)


Un récit vivant et émouvant, un éclairage bouleversant sur la guerre civile espagnole où "l’on pouvait tuer, sans raison, des hommes comme on le fait avec des rats, sans éprouver le moindre remords et s’en flatter". Un langage imagé donne une certaine légèreté à ce roman tragique. Un petit bémol, quelques phrases ou slogans écrits en espagnol, pour garder tout leur impact et leur intensité, ne sont malheureusement pas traduits en bas de page par la maison d'édition. (avis rédigé par Yves)

Prolongez votre lecture :

Georges-Bernanos Georges BERNANOS

et la guerre d'Espagne

 

  

 

Cliquez sur la photo

 

 


Note rédigée par Josiane et Yves Novembre 2014.