LNA_MADJIDI_COUV-RVB RECIT TEMOIGNAGE

Marx et la poupée

    ***

202 pages

Prix Ouest France 2017

 

 

 

 

 

DSC_1307-bd

Maryam Madjidi est née en 1980 à Téhéran, et quitte l’Iran à l’âge de 6 ans pour vivre à Paris puis à Drancy. Aujourd’hui, elle enseigne le français à des mineurs étrangers isolés, après l’avoir enseigné à des collégiens et lycéens de banlieue. Elle a vécu quatre ans à Pékin et deux ans à Istanbul.

 

 

 

 

 

 Le livre :

 

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris.
À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes , l’effacement progressif du persan au profit du français qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrer de longues années sa langue natale.

 

 

Notre avis :

 

Maryam nous raconte l'histoire de son  pays qui massacre ses meilleurs enfants, où la milice des bonne moeurs s'attaque à toute femme mal voilée ou habillée de manière provocante.

Son père banquier, licencié pour avoir déposer des tracts dans les bureaux de ses collègues. Sa mère,renvoyée de l'université parce qu'elle milite et qui combat pour que les femmes de son pays, puissent avoir des droits, être libres. Ses parents qui cachent les documents compromettants dans ses couches de bébé. Saman, l'oncle emprisonné et torturé qui apprend le français en prison pour comprendre le sens des paroles de Jacques Brel. 

Mais un jour le père et la mère sentent leur foi révolutionnaire déclinée,ils veulent vivre, pour cela il faut partir, pour que leur fille grandisse dans un pays libre et moderne.

L'exil dans un studio de 15m2 au sixième étage avec toilette et douche sur le palier, devoir partager son intimité avec des inconnus. Heureusement il y a Shirin, compagne de jeux, délicieusement laide, mais joyeuse et pleine de vie.

Sa mère écrit des lettres et attend des réponses, espère le retour, l'imaginaire retour pour revoir sa famille et son pays.

A l'école, Maryam reste muette, elle préfère garder cette nouvelle langue pour elle, et puis soudain elle "enfante" son français, elle se met à parler sans s'arrêter au point "d'avaler" sa langue maternelle.

la difficulté d'une double culture, en France on lui dit qu'elle est iranienne, en Iran qu'elle est française.

Et puis un jour la langue retrouvée , le retour au pays natal, pour embrasser sa grand-mère après dix-sept ans, plonger sa tête dans son cou et respirer son enfance, les sucreries, les chansons, les sirops, la chaleur, la mer Caspienne, les fruits, les bruits, les odeurs, les parfums, ces morceaux de sa vie qui ont été déracinés.

Une écriture simple, douce et tendre qui raconte une jeunesse en Iran et l'exil en France, une âme perdue entre deux cultures et deux identités. Un livre lumineux et bouleversant sur le déracinement porté par la voix d'une petite fille. Une émotion ressentie tout au long de ces 200 pages magnifiques.

 

 

Note rédigée par Yves, Avril 2017

 

 

 

_________________________________