z post mortem

z l'ermite BD Adultes

 

Jérôme k. Jérôme Bloche

     

      **      

           

              Tome 23                           Tome 24

 

 

 

 

Photo_274

Alain Dodier est tombée dans  la bande dessinée comme Obélix dans la marmite, c'est-à-dire tout petit. Ses meilleurs copains s'appellent alors Gaston ou Lucky Luke. Très vite, il soumet tout à sa passion. Il ne sera pas bachelier, mais auteur de bande dessinée. C'est dans PISTIL, magazine écologiste, qu'il débute comme professionnel. Son association avec Makyo donne naissance à deux séries : le fantaisiste "Gully" et, dans un registre plus réaliste, "Jérôme K. Jérôme Bloche" en 1982. Serge Le Tendre se joint à eux pour conter les premières aventures de ce dernier. Une fois l'univers de Jérôme bien en main, Dodier devient auteur complet d'une série dont le personnage ressemble de plus en plus à son père spirituel. Dodier est un admirateur d'Humphrey Bogart et de Robert Mitchum, Jérôme exerce donc la profession de détective privé.

 

Tome 23 Post mortem :

 

L'église aurait-elle modifié sa méthode de collecte du denier du culte ? Car, depuis quelque temps, un maître chanteur utilise les secrets de la confession pour extorquer aux paroissiens de Notre Dame de Clignancourt de gros chèque au profit de la rénovation du grand orgue. Et, bien sûr, c'est ce pauvre père Arthur qui est suspecté ! Les ennuis n'arrivant jamais seul, c'est le moment qu'a choisi le père de Babette, disparu depuis vingt ans, pour réapparaître dans la vie de sa fille. Une nouvelle enquête du plus parisien des détectives, aux prises avec un bien curieux paroissien.

Tome 24 L'ermite :

 

Mandaté par un notaire pour remettre une lettre à un vieil homme domicilié dans un village officiellement disparu, du côté de Grenoble, Jérôme va devenir, sans le vouloir, le messager d'un drame intime et familial encore à vif. Ancien détenu, condamné pour un double meurtre, Antoine Oliveira vit en ermite dans les ruines d'un village rayé des cartes administratives trente ans auparavant, avec son chien comme seul compagnon. Dans cette fameuse lettre, écrite par un mourant, réside une vérité que le vieil homme devra affronter. Accompagné de Babette, Jérôme va découvrir, fragment par fragment, l'histoire tragique d'une famille broyée. Une enquête qui démarre comme une mission de routine et qui nous précipite dans le passé d'un homme dévoré par la culpabilité.

 

Notre avis :

 

Engoncé dans un vieil imperméable, coiffé de l'indispensable feutre, notre héros tente, tant que faire se peut, de résoudre des énigmes toujours passablement embrouillées. Circulant sur un solex, cet amateur de café au lait et de tartines beurrées souffre d'une distraction rare et n'offre que de lointains rapports avec ses illustres prédécesseurs. Heureusement, Babette, sa fiancée, veille. Cette énergique jeune fille joue les anges gardiens auprès du lunaire Jérôme. À l'opposé des "Supermen" de l'investigation, Jérôme K. Jérôme Bloche pratique un humour tendre et n'aspire qu'à la tranquillité : le comble pour un privé. Il aimerait ressembler à Bogart, il a la dégaine de Monsieur Hulot. Gourmand et rêveur, distrait et tendre, craintif mais courageux, Jérôme Bloche est surtout, mine de rien, très futé. Cette série intelligente et profondément humaine met en scène l'un des détectives privés les plus sympathiques du 9ème art. Dans les deux derniers tomes, le scénario et le dessin sont toujours sont toujours à la hauteur des épisodes précédents.

 

Note rédigée par Jean-Pierre, décembre 2015

 

 

_______________________________________