ROMAN ETRANGER

    et-quelquefois-j-ai-comme-une-grande-idee-   * * *  " Et quelques fois j'ai comme une grande idée"

 

L'auteur : 

Ken Kesey, né le 17 septembre 1935 et mort  le 10 novembre 2001, est un écrivain américain. Il a écrit "Vol au-dessus d'un nid de coucou" (1962), porté à l'écran en 1975 par Miloš Forman sous le même titre, et interprété par Jack Nicholson. Paru en 1964 "Et quelquefois j’ai comme une grande idée" vient d'être traduit en français par une équipe de 20 personnes après 8 ans de travail. Ce roman a été adapté au cinéma en 1971 sous le titre Le Clan des irréductibles, de et avec Paul Newman qui joue aux côtés de Henry Fonda. Le film a reçu deux nominations aux Oscars.

 

 

 Le livre : 

Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l'Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l'autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d'une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils, l'indestructible Hank, les Stampers serrent les rangs. Mais c'est sans compter sur le retour, après des années d'absence, de Lee, le cadet introverti et rêveur, dont le seul dessein est d'assouvir une vengeance.

 

Au-delà des rivalités et des amitiés, de la haine et de l'amour, Ken Kesey  réussit à bâtir un roman époustouflant qui nous entraîne aux fondements des relations humaines.

 

 

Notre avis : 

Autant avertir le lecteur, ce livre n'est pas facile à lire, tout d'abord c'est un roman fleuve, il compte 800 pages, ensuite les chapitres sont très longs (70 pages environ) enfin le style est déroutant. En effet l'auteur n'hésite pas, dans un même paragraphe, de passer de la première à la troisième personne ou changer carrément de narrateur. Il faut donc au moins 100  pages avant de repérer les liens entre les différents personnages et commencer à saisir la teneur de l'intrigue.

 

Un roman prodigieux,dans un cadre magnifique. Le lecteur plonge dans le quotidien difficile et dangereux des bûcherons, on sent l'odeur de la sciure, les relents d'alcool ou encore le cœur des personnages qui palpite. Les paysages sont grandioses : les forêts, la rivière, les animaux. Une belle découverte qui se mérite et qui demande du temps et de l'attention !

 

 (Avis rédigé par Yves)