de nos ROMAN FRANCAIS

De nos frères

blessés

   **

140 pages

 

 

 Prix Goncourt du premier roman 2016

 

joseph_andras_s_rezvanNé en 1984, Joseph Andras (c'est un pseudonyme) vit en Normandie. Il séjourne régulièrement à l'étranger. 

"De nos frères blessés" est son premier roman. Il obtient le Goncourt du premier roman, prestigieux prix littéraire qu'il refuse de recevoir. Pour lui, la compétition est en effet incompatible avec l'écriture et la création. 

 

Le livre :

 

Alger, 1956. Fernand Iveton a trente ans quand il pose une bombe dans son usine. Ouvrier indépendantiste, il a choisi un local à l’écart des ateliers pour cet acte symbolique : il s’agit de marquer les esprits, pas les corps. Il est arrêté avant que l’engin n’explose, n’a tué ni blessé personne, n’est coupable que d’une intention de sabotage, le voilà pourtant condamné à la peine capitale. Le recours en grâce d’Iveton a été refusé par le président de la République, René Coty, avec l’accord du ministre de la Justice de l’époque, François Mitterrand, et du chef du gouvernement, le socialiste Guy Mollet. Guillotiné le 11 février 1957, Fernand Iveton est le seul européen éxécuté par la justice de l'état français durant la guerre d'Algérie.

 

Notre avis :

 

L'histoire d'un homme simple idéaliste. Le roman relate son interrogatoire, sa détention, son procès ,il évoque également son enfance  dans son pays, l’Algérie, et s’attarde sur sa rencontre avec celle qu’il épousa. Un ton sobre, des mots simples pour évoquer cet homme épris de liberté. Un livre percutant plein de pudeur et de dignité jamais larmoyant, véritable plaidoyer contre la peine de mort.

 

Prolongez votre lecture :

 

14 novembre 1956, arrestation de Fernand Iveton militant du Parti communiste algérien avec une bombe (film muet)

 

 

 

Note rédigée par yves, juillet 2016

 

 

 

 

 

 

_______________________________