51Bk9QODbQL ROMAN ETRANGER

Un été

invincible

   **

343 pages

 

 

 

 

AVT_Alice-Adams_5906Alice Adams est à moitié australienne mais a presque toujours vécu en Angleterre. Un Eté invincible est son premier roman traduit en français chez Albin Michel 

 

 

 

 

Quatrième de couverture (Albin Michel) :

 

Benedict, Eva, Sylvie et Lucien sont inséparables depuis leurs années de fac à Bristol. Leur diplôme en poche, ils vont, pour la première fois, se disperser. Eva part à Londres où l’attend un poste dans la finance ; Benedict reste à Bristol pour suivre son doctorat. Quant à Sylvie et Lucien, fidèles à leurs rêves, ils entament une vie plus bohème, faite d’art et d’aventure.
À l’approche de la trentaine, leurs liens autrefois si forts se distendent. Le temps qui passe les éloigne les uns des autres, leurs routes divergent. Pourtant, leurs chemins vont à nouveau se croiser et faire revivre le souvenir de l’« été invincible » qui les a liés à jamais.

 

Notre avis :

 

" J'ai renoncé à stresser en pensant à l'avenir. Je fais mon possible pour que chaque journée soit une bonne journée "

 

Un talent prodigieux, un physique exceptionnel, une attitude impertinente à l’égard de la vie, il est impossible d’imaginer que Sylvie ne puisse connaître un immense succès, elle possède un tel pouvoir d’attraction qu’on se rassemble autour d’elle et qu’on fait tout pour combler ses désirs.

 

Son frère, Lucien, n’est pas vraiment étudiant, il se décrit comme un entrepreneur, mais ses nébuleuses activités consistent surtout à organiser des soirées clubs où il peut vendre de l’ecstasy. Quand il aime une fille, il l’aime profondément mais pendant une courte période.

 

Depuis 4 ans Eva doit se lever tôt tous les week-ends pour aller travailler dans un supermarché pour financer ses études. Elle a un côté plouc, et pourtant il est  évident pour elle qu’elle est faite pour une vie de luxe.

 

Benedict, fils d’une riche famille va poursuivre ses études, comme s’il s’obstine à éviter d’affronter le monde réel.

 

Bristol, été 1997 les quatre amis se retrouvent pour le dernier après-midi qu’ils passent ensemble, une journée pleine de mélancolie et de nostalgie. Les délires, les rêves, les flirts, les soirées alcoolisées, les échecs des uns, les réussites des autres, deux mariages, un enterrement, la vie de famille, une amie carriériste qui vous abandonne et ne prend plus la peine de boire un verre avec vous, ne pas l’avoir embrassé et voir l’homme qu’on aime en épouser une autre,  voir ses espérances s’effondrer les unes après les autres. Pendant vingt ans nous allons suivre les destins de chacun qui parfois se croisent, s’éloignent, se croisent à nouveau.

 

Un roman doux et léger avec une pointe d’humour qui nous entraîne à l’intérieur et à l’extérieur de la vie d’un groupe d’amis. Réflexion sur l’amitié, sur la destinée, sur les conséquences de nos actes, sur le passage au monde des adultes et à la maturité, une description du monde de la Finance où l‘on peut perdre en une journée, les gains d’une année. Dès le début, j’ai éprouvé de la sympathie pour cette bande de copains et suivi avec plaisir leur destinée d’autant plus que le récit chronologique facilite la lecture. La qualité littéraire de ce livre et très inégale. Des passages sont portés par une belle écriture, notamment les quelques pages où Sylvie se ressource auprès de ses grands-parents, dans le Périgord. Mais le style devient plus quelconque quand on sombre dans une banale histoire d’amour du type "je t’aime moi non plus" dont on connait, par avance, la fin heureuse.

 

Un roman à emporter dans ses valises, pour lire cet été sur la plage et passer un bon moment.

 

 

 

 

 

 

Note n° 742 rédigée par Yves, juin 2017

 

 

 

______________________________________