profil POLICIER

Profil perdu

   ***

409 pages

 

 

 

 

 

 

hugues-pagan-hannah-assouline

Hugues Pagan, né en 1947 en  Algérie, est un écrivain et scénariste français.En 1962, il a 16 ans quand il doit quitter l'Algérie. Quatre ans plus tard, il entre dans l'enseignement et obtient un poste de professeur de philosophie à Gérardmer dans les Vosges. En 1968, il met fin à sa carrière dans l'enseignement. Il exerce ensuite divers métiers : journaliste, attaché bancaire, photographe pour un journal local. En 1973, il participe à un concours administratif et est reçu inspecteur de police, une fonction qu'il occupe pendant une dizaine d'années.Fonctionnaire de police, il devient auteur de romans policiers en 1982.

 

Quatrième de couverture ( Rivages) :

 

Une ville de l'Est de la France. Un commissariat que tous les flics surnomment " l'Usine". En cette soirée de réveillon de l'année 1979, un inspecteur du Groupe stupéfiants interroge Bugsy, dealer connu des services, à propos d'une photo représentant une jeune femme. Le dealer ne dira rien, sinon qu'il faut  "demander à Schneider" et le flic le laissera partir, omettant de le fouiller au corps, une erreur de débutant.
Schneider est le chef du Groupe criminel. Flanqué de son adjoint Charles Catala, il sillonne la ville en voiture tel un fantôme. Deux évènements vont faire basculer son existence : une enquête trouble et complexe sur l'attaque à main armée dont a été victime l'un de ses collègues et une rencontre en forme de coup de foudre, après Cheroquee la vie ne sera plus jamais la même pour Schneider.

 

Notre avis :

 

" Une pute ça en sait long sur les hommes, plus qu’un curé ou un flic, parce que nous on les voit à poil. "

 

Personne n’aime Schneider, c’est un policier froid, distant  et silencieux. Ancien officier de l’armée française, il ne dort jamais, pas plus le jour que la nuit.

Avant de se reconvertir dans les affaires, monsieur Tom a été un  grand avocat d’assises, il tient la ville dans sa main, il est président de la chambre de commerce et d’industrie.

Lors d’une petite partouze organisée par monsieur Tom,  Schneider croise une jeune infirmière, mélange de sensualité brute et de candeur, " tout le monde m’appelle Cheroquee " lui a-t-elle glissé et Schneider aime déjà tout en elle.

Meunier est flic, il est solide, placide, et incapable de la plus petite forme de ressentiment. Minnie est juge des enfants, elle appelle Meunier son homme et leur bébé c’est le petit crapaud.

Bugsy  est un dealer, quand il rigole, il pue de la bouche, une odeur de résidu de bidet.

Bugsy a la marotte de sortir la nuit pour photographier les putes et un soir,  par hasard, il presse le déclencheur de son Nikon au moment où Meunier se fait flinguer.

 

Un polar comme on les aime, tous les ingrédients sont réunis pour se régaler : la rivalité entre les Stups et la Crim, les indics, les planques, les interventions au petit matin, les prostituées, les interrogatoires musclés, les toxicos, un suspect qui "s’allonge" un peu trop vite surtout que tuer un flic c’est "la bascule à charlot" (la guillotine) assurée, des pin-up accrochées aux murs, des flics ripoux, un légiste mélomane qui écoute Wagner quand il décalotte les crânes à la scie , les bœufs carottes, un cercueil miniature reçu par la poste, la guerre entre police et justice. L’auteur, ancien inspecteur de police,  connait bien ce milieu et cela transpire à chaque page, tout parait vrai, l’histoire, les personnages, leur façon de parler et d’agir. Certains prétendent qu’Hugues Pagan est le meilleur auteur de romans noirs français, lisez ce roman et vous partagerez sans aucun doute cet avis.

 

 

 

Note n° 755 rédigée par Yves, juillet 2017

 

 

 

_________________________________