51to1MtH7nL ROMAN FRANCAIS

MISS

CYCLONE

   ***

342 pages

 

 

71fc0MNYzzLLaurence Peyrin a été attachée de presse pour Marlboro F1 (1987-1989), journaliste au Dauphiné Libéré (1989-2010). Mère de six enfants pour la plupart adolescents, elle se consacre désormais à transmettre sa passion du cinéma à des élèves de collège, aux voyages et à l’écriture qui occupe la plus grande partie de sa vie. Elle obtient le prix des maisons de la presse en 2015 avec "La drôle de vie de Zelda Zonk" .

 

Quatrième de couverture ( calmann-Lévy ) :

 

Coney Island, là où New York se jette dans la mer, est un endroit enchanteur l’été, avec sa fête foraine légendaire, et fantomatique l’hiver quand les manèges sont à l’arrêt. C’est là qu’Angela et June, 16 ans, ont grandi ensemble. Deux jeunes filles vives et joyeuses, que rien ne destinait à s’entendre, et que rien ne peut séparer.

Mais une nuit, la nuit où toute la jeunesse new-yorkaise pleure la mort de John Lennon, leur vie prend un tour inattendu : Angela, par un mélange de fatalisme et d’innocence, accepte de son petit ami ce qu’elle ne voulait pas vraiment. Parce qu’elle n’ose pas en parler à June, son silence devient un secret… Et leur destin à toutes les deux en sera changé à jamais.

 

Notre avis :

 

" la seule ambition qui vaille est d'être heureuse de se lever le matin, et ça, ça n'a pas de prix. "

 

New-York, Angela la petite italienne et June la longue hollandaise sont amies depuis le jardin d’enfants, chacune aurait préféré être l’autre, avoir les cheveux de l’autre, la maison de l’autre ou même sa mère. Elles ont 16 ans et rêvent d’un avenir radieux.


Angela fréquente Nick depuis ses 13 ans, le père d’Angela est mort d’une maladie inconnue, la mère de Nick est tombée du troisième étage en faisant ses vitres, la faute dit-on à "la grappa" une eau-de-vie très forte. Dans deux ans Angela épousera Nick avec la bénédiction de leurs parents.

En cette soirée du 8 décembre 1980, Nick présente à Angela son ami Adam étudiant en droit. John Lennon vient de recevoir deux balles dans le dos devant son immeuble. Ce soir là Angela a deux certitudes , John Lennon est mort et Adam a les yeux bleu marine.

Central park 225.000 personnes réunies en mémoire de John Lennon, Nick qui fume trop de cannabis, qui est complètement cuit et laisse sa main s’aventurer dans la culotte d’Angela. Neuf mois après cette soirée, leur fils dort emmailloté dans un linge blanc, il s’appelle John.

Si vous avez aimé la trilogie napolitaine d’Elena Ferrante, alors plongez-vous dans ce roman. Laurence Peyrin nous raconte aussi l’amitié indéfectible entre deux jeunes filles que tout oppose, l’aspect physique, les caractère, le statut social, le désir ou non d’avoir des enfants. Le livre est divisé en quatre époques qui correspondent à des événements qui ont marqués l’Amérique. Tout commence en 1980 par la mort de John Lennon, puis en 1991 la tempête qui a suivi l’ouragan Angela, août 1998 Bill Clinton est englué dans le scandale de sa relation sulfureuse avec sa jeune stagiaire Monica Lewinsky, et le roman se termine par l’épouvantable attentat du 11 septembre 2001 où le monde s’est écroulé en même temps que les tours.

 

La construction du récit est habile, les personnages sont parfaitement étudiés, notamment Angela une jeune femme courageuse et volontaire, amoureuse, abusée, ballottée, trahie, ébranlée, mais toujours debout pour se reconstruire une vie et réaliser ses rêves. L’auteur nous dépeint le fossé entre deux mondes qui se côtoient, celui d’Adam dont les parents sont affreusement riches, Adam qui aimerait pouvoir exercer un métier par passion et non par raison et celui de la mère d’Angela qui galère et dont la fille rêve d’une vie normale, s’acheter des trucs, aller au resto, faire des cadeaux. L’écriture est agréable à lire, fluide, simple comme Angela, mais aussi avec une qualité descriptive rare et précise, pour décrire l’horreur après l’effondrement des tours. Nous sommes au milieu du nuage de poussière, sonnés, hébétés, à la recherche d’un être aimé disparu à jamais. Un roman qui donne envie de lire .

 

 

 

Note n° 760 rédigée par Yves , juillet 2017

 

 

 

____________________________________