les mémoires ROMAN ETRANGER

Les mémoires

d'un chat

    **

325 pages

 

 

 

 

 

 

AVT_Hiro-Arikawa_8001Hiro Arikawa  née en  1972 est une écrivaine japonaise. a publié des "light novels" (roman japonais destiné à un public de jeunes lycéens et étudiants) avant d'écrire des romans pour adultes.

 

Quatrième de couverture (Actes Sud) :

 

 

Un chat de gouttière au franc-parler et rompu au langage des humains a pris ses quartiers dans le parking d’un immeuble de Tokyo. Pour rien au monde il ne troquerait sa liberté contre le confort d’un foyer. Mais le jour où une voiture le percute, il est contraint d’accepter l’aide de Satoru, un locataire de l’immeuble, qui le soigne, lui attribue un nom – Nana – et lui offre la perspective d’une cohabitation durable.
Cinq ans plus tard, des circonstances imprévues obligent Satoru à se séparer de Nana. Anxieux de lui trouver un bon maître, il se tourne vers d’anciens camarades d’études, disséminés aux quatre coins du Japon. Commence alors pour les deux compères une série de voyages et de retrouvailles qui sont pour Nana autant d’occasions de découvrir le passé de Satoru et de nous révéler – à sa manière féline – maints aspects de la société japonaise.

 

Notre avis :

 

 

" C’est clair qu’ils y a des gens qui ne devraient jamais devenir parents ! L’amour entre les parents et les enfants ce n’est pas acquis d’avance. " 

 

Le chat errant a pris l’habitude de faire la sieste sur le capot d’un monospace, c’est là qu’il fait la connaissance de Satoru. Alors quand une voiture l’envoi valdinguer de l’autre côté de la rue, naturellement Satoru le recueille dans son appartement. Si l’humain ne parle que sa langue, heureusement le chat est polyglotte, et ces deux-là vont bien se comprendre. Baptisé Nana par Satoru le chat et son maitre vont filer le parfait bonheur pendant cinq ans, un trou de cinq ans dans son CV de chat errant ! Pour une raison impérieuse, Satoru ne peut garder Nana, il cherche donc un ami pour l’adopter. Les deux amis embarquent donc pour un voyage à travers le japon et à travers les souvenirs d’enfance de Satoru. Nana nous raconte leur voyage pour retrouver chaque ami et dans quelles circonstances, Satoru a connu cet ami.

Satoru pense naturellement à Kôsuké son ami d’enfance. Aujourd’hui Kôsuké a repris le studio photo de son père, un despote colérique. Mais son père continue de mettre son nez dans la gestion du magasin et Kôsuké n’ose pas le contredire. Alors pour Nana il est hors de question de se faire adopter par un type sans caractère.

Yoshiminé, un ami de collège de Satoru a une ferme et un chat dans une exploitation agricole, c’est un exorciste efficace contre les souris. Mais Yoshiminé a déjà un chaton et Nana ne semble pas s’entendre avec lui.

Suigi et son épouse Chikako sont tous les deux des amis de lycée de Satoru. Aujourd’hui ils tiennent une maison d’hôtes où l’on peut venir avec son animal familier. Seulement ils possèdent le rival éternel du chat : un chien !

Noriko est la tante de Satoru, c’est elle qui l’a recueilli quand ses parents sont morts. Mais Noriko est le genre de personne qui ne comprend absolument pas un chat.

 

Un livre original écrit par un chat qui n’a pas la langue dans sa poche, qui aime la musique romantique car ça attire les tourterelles et les colombes, un chat astucieux qui va tout faire pour rester avec le maitre qu’il a choisi. Un chat bagarreur, mais aussi affectueux. Un chat qui observe les humains et portent un regard très juste sur eux. Un roman sur l’amitié, rempli d’humour de tendresse et d’émotion. Un livre plaisant à lire dont la fin ne peut qu’émouvoir le lecteur.

 

 

 

 

Note n° 753 rédigée par Yves, juillet 2017

 

 

 

 

____________________________________