POLICIER

le souffle court ** Le souffle court

 

 

 

L'auteur :

 

Massimo Carlotto est né à Padoue en 1956.
Découvert par le critique et écrivain Grazia Cherchi, il a fait son entrée sur la scène littéraire en 1995 avec le roman Il fuggiasco (Le Fugitif, non traduit en français), publié par les éditions E/O, qui a obtenu le prix Giovedì en 1996. Depuis, il a écrit quinze autres romans, des livres pour enfants, des romans graphiques et des nouvelles publiées dans des anthologies.

 

 

 

 Le livre :

 

Des forêts de Tchernobyl aux chantiers navals d'Alang, en passant par les caveaux des banques suisses, les jeunes ambitieux du Dromos Gang ne reculent devant rien et méprisent les frontières. Ils sont riches, beaux, cyniques, éduqués dans les meilleures écoles, tous diplômés en économie. Censés succéder à leurs pères à la tête des plus grandes organisations criminelles, ils décident de s'affranchir des aînés et du poids des traditions, en rompant, souvent très violemment, avec leur camp. 
Ils veulent aller vite, très vite, au moins aussi vite que l'argent. Experts en blanchiment d'argent et tours de passe-passe financiers, ils pratiquent le crime global sans jamais se salir les mains. Par un étrange concours de circonstances, c'est à Marseille, plaque tournante du crime européen, qu'ils se retrouvent pour faire leurs premières armes. Face à eux, la commissaire Bernadette Bourdet, alias BB. 
Pas précisément élégante ni subtile, cette fan de Johnny Hallyday aux méthodes peu orthodoxes dirige une brigade un peu spéciale, aux limites de la légalité, qui doit tenir sous contrôle tous les trafics de la capitale phocéenne.

 

 

 

Notre avis : 

 

Dans ce polar noir ne chercher pas les gentils, il n’y en a pas, ce sont tous des salauds, des affreux, des infects, plus ou moins séduisants.  Le maire de Marseille ne sera sans doute pas d'accord avec la description qu'en fait l'auteur. Massimo Carlotto met en scène avec férocité l'affrontement entre le crime "traditionnel" et les nouvelles mafias en col blanc. Il est assez bien écrit mais un peu confus.

 

 Note rédige par Gilbert Juin 2014