la terre RECIT TEMOIGNAGE

La terre

qui les sépare

   **

320 pages

 

 

 

 

hmHisham Matar est né à New en 1970 . Il a passé son enfance en Amérique avec ses parents libyens tandis que son père, Jaballa Matar , travaillait pour la délégation libyenne à l' Organisation des Nations Unies. Quand il avait trois ans, sa famille retourne à Tripoli , en Libye , où il a passé son enfance. Son père a été accusé d'être un réactionnaire du régime révolutionnaire libyen et a été contraint de fuir le pays avec sa famille. Ils ont vécu en exil en Egypte où Hisham et son frère ont terminé leur scolarité.

 

 

Le livre :

 

En 1990, Hisham Matar a dix-neuf ans lorsque son père, Jaballa Matar, disparaît. Celui-ci, après avoir trouvé refuge en Égypte avec ses proches, est enlevé et emprisonné en Libye pour s’être opposé dès le début au régime de Kadhafi. La famille reçoit quelques lettres, envoyées secrètement, jusqu’à ce que toute correspondance cesse brusquement. Vingt et un ans plus tard, lors de la chute de Kadhafi, en 2011, le peuple prend les prisons d’assaut et libère les détenus. Mais Jaballa Matar est introuvable.Hisham Matar va mener l’enquête pendant des années, s’adressant aux personnalités les plus inattendues, de Mandela au fils de Kadhafi.  

 

Notre avis :

 

Mars 2012, 33 ans après, Hisham Matar, retourne en Libye, sa terre, accompagné de sa mère,la femme qui l'a mis au monde, et de son épouse, la femme auprès de laquelle il est devenu un homme.A travers ce voyage, l'auteur rend hommage à son père disparu en 1990, ancien officier et diplomate libyen une des figures les plus importantes de l'opposition.

Mais c'est aussi l'histoire de la Libye qui se déroule au fil des pages, l'invasion ottomane,la colonisation italienne et son lot de tortures, d'humiliations et de répressions. l'indépendance, puis le coup d'état, l'insurrection et la chute de Kadhafi, l'échec de la transition démocratique et la guerre civile 

Il fait revivre les membres de sa famille, Faouzia, sa mère et son sacrifice silencieux, l'oncle Mahmoud, emprisonné pendant 22 ans dont le fils Izzo sera tué par un sniper lors de la prise de Tripoli en août 2011,  grand-père Hamed qui vécut 103 ans, et assista à l'invasion italienne, au règne du roi Idris et au deux premières décennies de la dictature et dont la maison semblait être le centre du monde.

Il nous parle de la Libye sous la dictature, l'interdiction des livres, de la musique, de la fermeture des cinémas et des théâtres. Les opposants étaient pendus sur les places publiques et dans les stades. Les dissidents qui fuyaient le pays étaient kidnappés et assassinés. Kadhafi aimaient garder ses plus féroces adversaires près de lui, dans des congélateurs, pour pouvoir aller les voir de temps en temps.

Il nous raconte l'exil en Egypte, où les activités de son père permettent de vivre dans un certain luxe. Ses études en Angleterre et la nécessité par sécurité de cacher son identité et de devenir Bob.

Nous suivons le soulèvement du peuple libyen à la suite de celui de la Tunisie et de l'Egypte lors du printemps arabe. Nous pénétrons dans les ruelles de Tripoli et de Benghazi.

Un récit émouvant, la quête éperdue d'un fils pour retrouver le père disparu, une écriture délicate faite de sensations et de sentiments, parsemée de références littéraires ou architecturales.

 

 

 

 

Note rédigée par Yves, mars 2017

 

 

 

 

__________________________________