la memoire SOUVENIRS

La mémoire

n'en fait qu'à sa tête

  **

240 pages

 

 

 

 

 

image_58810507Bernard Pivot, né en 1935 à Lyon , est un journaliste français, animateur d'émissions culturelles à la télévision. Il préside l'académie Goncourt depuis janvier 2014. Il est à l'origine du magazine LIRE en 1974, la même année il produit et présente l'émission Apostrophes sur Antenne 2 en direct chaque vendredi soir. À partir de 1991 et jusqu'en 2001 ,il présente Bouillon de culture, qui traite de l'actualité littéraire, mais aussi de cinéma, de théâtre.

 

Le livre :

 

Un savoureux recueil de souvenirs réveillés au gré de ses lectures. A 81 ans,Bernard Pivot est toujours un éternel jeune homme des lettres, partisan de la liberté, de l'humour et de la bonne vie. Le président de l’Académie Goncourt se souvient ainsi d’hommes et de femmes qu’il a croisés et n’a pas oubliés.

 

 

 Notre avis :

" Si un couple a fait l'amour pour la dernière fois, c'est souvent parce que l'un des deux l'a fait ailleurs pour la première fois." 

Bernard Pivot nous délivre avec malice ses souvenirs et c'est un régal. Prenez ces quelques pages comme une confiserie qu'on laisse fondre doucement dans sa bouche. Ce sont de courts textes avec toujours une chute pleine d'humour. L'écriture est pétillante, Bernard Pivot joue avec les mots pour notre plus grand plaisir. Plutôt qu'une autobiographie il a préféré quelques ricochets de sa vie si riche en rencontres et en lectures. Ainsi au fil des pages, il est question de ponctualité, d'un plaidoyer pour généraliser l'accent circonflexe, de la symbiose parfaite de la biologie et de l'orthographe avec la gracieuse libellule, qui possède quatre ailes comme son nom. L'auteur nous apprend l'importance de savoir écouter le silence, la différence entre curiosité et indiscrétion, ou entre une cigarette et un cigare ou bien entre l'accordéon des villes et l'accordéon des champs. Qui d'autre que Bernard Pivot peut avoir l'audace de comparer l'érotisme d'un nombril dénudé et de l'arobase. Il est bien sûr question des plaisirs de la table et de la double gourmandise, de l'amour et des mots d'amour, du calembour "cette fiente de l'esprit", du beaujolais, de la télévision et du football. Bernard Pivot nous démontre que les premiers baisers des jeunes des régions viticoles sont plus réussis que ceux des garçons issus des villes. Mais le summum du livre est sans aucun doute la narration d'un enregistrement d' "Apostrophes" avec comme invité unique sa maîtresse depuis six mois, Louise Labé, une poétesse ...morte en 1566 !

 

 Prolongez votre lecture :

"Apostrophes" 22 septembre 1978

 

 

 

Note rédigée par Yves, avril 2017

 

 

 

___________________________