celle ROMAN ETRANGER

Celle qui fuit

et celle qui reste

    ***

480 pages

 

 

 L'auteur :

 

Elena Ferrante née, selon ses propres dires, en 1943 à Naples est le pseudonyme d'une auteure italienne.On ne connaît rien de l'auteur qui tient absolument à rester dans l'ombre, elle a reconnu être une femme, mère de famille, et que son œuvre était d'inspiration autobiographique.

 

 

Le livre :

 

Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’École normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix. 

 

Notre avis :

 

" Sans ces mains rugueuses, pas la moindre chaise n'existerait, pas un immeuble, pas une voiture. Si nous les travailleurs, nous arrêtions de trimer, tout s'arrêterait, la végétation partirait à la conquête des villes. Seuls les gens qui ont toujours bossé sauraient comment survivre, alors que vous deux, avec vos beaux livres, vous seriez dévorés par les chiens ! "

 

Un après la parution du "nouveau nom" on se replonge avec plaisir et sans aucune difficulté dans cette sage familialeet sociale.  Le lecteur retrouve donc Lila et Elena qui continuent de s'aimer ou de se haïr, pour l'une l'essentiel c'est de quitter Naples, de décamper le plus loin possible, l'autre souhaite revenir dans son quartier populaire. Ce troisième tome se situe à la fin des années 60 ,au milieu des luttes ouvrières,des mouvements féministes, de la violence des groupes fascistes, l'Italie doit faire face à des attentats terroristes. Le récit est donc plus politique, plus militant portés par ces deux femmes, l'une éternelle rebelle, toujours en mouvement ,l'autre immobile, rabaissée par son mari et enfermée dans son rôle de mère. L'écriture d'Elena Ferrante est toujours aussi fluide et réaliste, j'attends avec impatience le quatrième et dernier tome "L'Enfant perdue", prévu à l'automne.  

 Prolongez votre lecture :

A14546      .C_Lamie-prodigieuse_6256

    ***          ***

 

Note rédigée par Yves, janvier 2017

 

 

 

_________________________________