Aveu-de-faiblesses POLICIER

     Aveu

de faiblesses

     ***

216 pages

 

 

 

 

 

frederic_viguier_0

Frédéric Viguier est né en 1968 dans une famille de la bourgeoisie protestante nîmoise. Il a fait des études dans la publicité. Après avoir travaillé dans une grande surface puis comme cadre dans des magasins de sports, il a créé à 35 ans sa première société. Il a écrit une pièce de théâtre, L'Escabeau, pour sa deuxième femme comédienne.Il se consacre à l'écriture depuis cinq ans.

 

Le livre :

 

Yvan Gourlet a seize ans,il est laid, il est le  souffre-douleur des enfants du coin, il est accusé du meurtre de son petit voisin, mais l'histoire va prendre une prend une tournure inattendue.

 

Notre avis :

 

 

A une demi-heure de Lille, une zone industrielle, des rues désertes, des rats qui flottent dans la rivière polluée, le bar seul attraction du village, un lotissement avec les belles villas des directeurs d'usines, à l'écart, entourées de grillage pour ne pas se mélanger. 

Yvan est laid, on lui dit qu'il ressemble à sa mère. Sa mère elle travaille à la sécurité sociale. Pour s'occuper elle sculpte des animaux dans le beurre, et collectionne les étiquettes des boites de camembert, alors à la maison Yvan mange beaucoup de beurre et de camembert. Le père dit que c'est pas bon pour la santé. Le père, il bosse dans une usine de boulons, le vendredi soir, il est au bar avec ses copains, il cherche l'ivresse pour oublier la grisaille. Son frère aîné,il est parti comme un voleur, pour fuir, pour ne pas finir par haïr ses parents.

Surprotégé par sa mère qui pense qu'il est un être supérieur, donc différent, Yvan est un solitaire, il a la maturité un peu tardive. A l'école, puis au lycée, il subit les moqueries et les coups des autres enfants. A 16 ans il n'a jamais parlé à une fille.

Pour faire plaisir à sa mère, il va fouiller les poubelles de la cantine de l'usine pour trouver des couvercles de camembert. Et c'est là que l'on retrouve le corps de Romain, 8 ans, le crâne fracassé par des coups d'herminette, une petite hache qui sert à dégrossir le bois , et Yvan fait des études pour être menuisier.

Yvan est arrêté, et pour l'inspecteur Grochard, un aveu vaut mieux qu'une preuve, pendant deux jours de garde à vue Yvan va vivre un vrai calvaire fait de brimades et d'humiliations. Alors, dans l'espoir de revoir sa mère, Yvan avoue le meurtre. 

Après trois ans de détention provisoire, où il ne verra sa mère qu'une fois et pendant quelques minutes, Yvan est condamné à la réclusion à perpétuité, coupable de faiblesse, coupable de s'être laissé faire...

Une écriture efficace et prenante où l'auteur distille une mécanique infernale qui va conduire un adolescent faible à avouer l'impensable. Un roman noir et social, sur fond d'alcoolisme, de violence et de solitude où la psychologie des personnages est au centre du récit. L'auteur fait bien ressortir la sensibilité d' Yvan, il restitue l'amour de sa mère, l'aveuglement de la police et de la justice décidées à trouver absolument un coupable, la vie en prison avec ses codes. Et puis l'auteur sait retourner la situation et ce n'est qu'à la dernière ligne du livre, que le lecteur connaîtra le véritable meurtrier du petit Romain.

 

 

Note rédigée par Yves, avril 2017

 

 

 

 

 ________________________________